Pourquoi Vulcain ?


   Steiner, qui enseigne la réincarnation, prétend que notre système solaire dans son ensemble passe aussi par des incarnations successives. Tout comme H.P. Blatvatsky, Steiner a nommé les 7 incarnations principales de notre système solaire : Saturne, Soleil, Lune, Terre, Jupiter, Vénus et Vulcain. Les trois premières périodes sont censées être passées, la période actuelle s'appelle la Terre évidemment, et les trois dernières viendront ensuite. Ces grandes périodes, comme on le constate, portent toutes des noms empruntés aux planètes de notre système solaire actuel, sauf la dernière Vulcain.Une des raisons de ce choix est que certaines planètes actuelles seraient des sortes de reliquats de ces anciens états planétaires, par exemple Saturne est un reliquat de l'état saturnien, tandis que d'autres préfigurent les prochaines incarnations de la Terre, comme Jupiter, Vénus et Vulcain.

   Pourquoi Blavatsky a-t-elle nommé cette période Vulcain puisqu'il n'y a pas de planète de ce nom ? Remarquons, en passant, que Blavatsky prétendait avoir reçu cet enseignement de maîtres censés guider l'humanité. Mais les maîtres apparemment, humains trop humains, se sont fourrés le doigt dans l'œil comme on va le voir ! Les astronomes, étudiant le mouvement de la planète Mercure étaient perplexes, car son mouvement présentaient des irrégularités, plus précisément les paramètres de son orbite n'était pas exactement ce qu'on était en droit d'attendre des calculs de la mécanique céleste. Dès lors, se souvenant qu'on avait résolu un problème analogue pour Uranus, en postulant une planète plus lointaine qui serait la cause des perturbations, certains astronomes ont postulé l'existence d'une planète pertubatrice entre Mercure et le Soleil, et lui ont même donné un nom : Vulcain. Mais on a eu beau chercher, point de Vulcain ! On a alors pensé qu'elle était trop proche du Soleil pour être détectée. C'était encore une hypothèse discutée en 1905, quand Einstein a publié sa théorie de la relativité restreinte. Il se fait que cette théorie expliquait une partie des perturbations mais pas toutes. Il a fallu la théorie de la relativité généralisée pour avoir une explication complète. Il s'en est suivi, par conséquent, que l'hypothèse de la planète Vulcain a été abandonnée et personne depuis n'a jamais découvert la moindre planète entre le Soleil et Mercure.
Cependant, Blavatsky, qui faisait feu de tout bois, comme à sa suite Rudolf Steiner d'ailleurs, avait déjà repris, le nom de cette planète hypothétique dans sa cosmogonie pour nommer la dernière période. Au début du XXe siècle, Steiner a repris intégralement la terminologie imaginée par Blavatsky, tout comme plus tard A.Alice Bailey dans son « Traité sur le Feu cosmique ».

   Ainsi malgré sa prétendue clairvoyance Steiner n'a pas été en mesure de rectifier l'erreur. Par contre, il est monté aux créneaux, pour tirer à boulets rouges sur la théorie de la relativité d'Einstein, lequel selon lui, était intelligent, mais dont la théorie de la relativité n'était qu'une ineptie, mais on peut penser que c'était surtout qu'elle expliquait les bizarreries de Mercure, ce qui dérangeait le Docteur Steiner.


Une gaffe des initiés

   « C'est dans la dernière incarnation [de la Terre], celle de Vulcain, que le Moi atteindra l'apogée de son évolution. Ainsi, les incarnations futures de la terre seront : Jupiter, Vénus, et Vulcain. Nous retrouvons ces dénominations dans les termes qui désignent les jours de la semaine.
   Il y eut un temps où c'étaient les initiés qui choisissaient tel mot pour désigner les objets de notre entourage et les faits qui nous concernent. Aujourd'hui, on a perdu tout sentiment de la relation qui relie un nom à la chose qu'il désigne. Les noms des jours de la semaine devaient rappeler aux hommes leur passage à travers les différents stades de l'évolution terrestre.
   Commençons par le samedi, le jour de Saturne, Saturday en anglais. Puis il y a dimanche : jour du Soleil (en allemand Sonntag : Sonne veut dire soleil). Lundi est le jour de la Lune (en allemand Montag = Mond-tag). Puis viennent Mars et Mercure, les deux étapes de notre Terre : Mardi, jour de Mars (en allemand Dienstag, anciennement Ziutag) en italien Martedi. Le mercredi est le jour de Mercure, en italien Mercoledi : or Mercure est la même entité que Wotan, et Tacite parle du jour de Wotan ; en anglais aujourd'hui encore Wednesday. Suit le jour de Jupiter : jeudi, en allemand Donnerstag, le dieu Donar étant le Jupiter germanique ; en italien Gioverdi. Le jour de Vénus - vendredi - s'appelle en allemand Freitag : Freia étant Vénus, en italien Venerdi. Ainsi la succession des jours de la semaine nous rappelle la progression de notre Terre à travers ses différentes incarnations.
[Rudolf Steiner, Théosophie du Rose-Croix, GA 99 EAR 1983, p. 102, VI, 30 mai 1907]

NB : Évidemment, Vulcain ne correspond à aucun jour de la semaine. Apparemment les prétendus initiés (dont Steiner) ont gaffé !



Retour à l'accueilRetour sommaire : Articles diverspage précédente